Le carénage du voilier

voilier au sec pour carenage

La saison des travaux sur le voilier commence. Et une des grandes étapes est le carénage du voilier. Cette étape, en plus d’être indispensable, permet de faire un tour du bateau et de vérifier les oeuvres vives.

Le carénage et l’antifouling.

Le carénage est une étape incontournable de l’entretien annuel et, souvent, signe que la remise à l’eau et le plaisir de naviguer approchent. Nos allons voir, ci dessous, comment et pourquoi bien effectuer ce carénage.

Pourquoi le carénage?

Au cours d’une saison, les oeuvres vives de notre voilier vont devenir un véritable abri pour les algues et les coquillages. Régulièrement, nous devons nettoyer la coque afin d’enlever cette flore et retrouver une carène propre et lisse.

Pourquoi l’antifouling ?

Une coque lisse réduit la résistance de cette dernière à l’avancement du bateau, elle favorise la glisse et, donc, la vitesse du bateau.
Les organismes qui s’accrochent sur la coques ( coquillages, algues,…) détériorent la coque, qu’elle soit en bois, en fibre de verre ou autre.
Si nous transportons ces organismes d’une région à l’autre, nous pouvons perturber les écosystèmes.

Quelle quantité d’antifouling avez vous besoin ?

Limiter sa consommation d’antifouling a deux intérêts. Financier bien évidemment mais aussi écologique. Ces produits sont très nocifs pour l’environnement, évitons de surconsommer.Pour savoir combien de pots vous devez acheter, calculez la surface à couvrir selon la méthode suivante :

Surface en m² = 0.5 X Longueur de flottaison X ( largeur de flottaison + Tirant d’eau).

Les différents types d’antifouling.

Un antifouling ou peinture antisalissure est une peinture contenant des biocides ( de moins en moins présents dans la composition des produits) permettant d’empêcher les organismes aquatiques de se fixer sur la coque des navires. Il existe plusieurs types d’antifouling.

L’antifouling classique érodable : Il a l’avantage de s’éroder, donc de se dissoudre pendant la saison, ce qui facilite le carénage.
L’antifouling classique à matrice dure : Contrairement au précédant, l’antifouling à matrice dure se dissout beaucoup plus lentement.

On a aussi testé et développé de nouveaux matériaux technologiques :
– polymères élastomères ou érodables,
– produits à base de silicone,
– peintures au téflon ou auto-polissantes à base d’eau (pour mieux glisser dessus),
– systèmes d’ondes acoustiques générées par des décharges électriques…
les retour sur ces derniers sont encore trop court mais les procédés sont prometteurs.

Précautions d’emploi.

Tout d’abord, Il est interdit de caréner n’importe ou. Il est obligatoire de le faire dans un chantier pouvant récupérer les déchets.

Il est recommandé d’appliquer l’antifouling par temps sec. En effet, l’humidité réduit considérablement l’efficacité du produit, lors de sa pose.

Les précautions d’emploi sont assez classiques. Il suffit de bien suivre les consignes du fabriquant. Décapez bien la coque avant application et poncez là.
Cette application devra se faire au rouleau par mouvements croisés. Mélangez bien le produit afin de ne pas laissez les biocides et le cuivre, qui sont lourds, au fond du pot.
Evitez de couvrir les anodes et laissez sécher 24h pour une meilleur efficacité.

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. La préparation du voilier - Petits voiliers

Laisser un commentaire