Le 32ème Mille Sabords au Crouesty

En trente deux ans, Le Mille Sabords est devenu le plus grand salon du bateau d’occasion d’Europe. La 32ème édition aura lieu du 29 octobre au 01 novembre, au Crouesty, à l’entrée du Golfe du Morbihan.

Il accueille chaque année entre 65 000 et 70 000 personnes. Les visiteurs viennent y trouver le voilier familial d’occasion idéal pour la promenade, le dayboat de pêche ou le hors-bord puissant pour s’offrir de belles sensations. 700 à 800 bateaux sont exposés. La force de ce salon, ceux sont les professionnels du port du Crouesty qui se fédèrent autour de l’événement pour le perpétuer, tout en le faisant évoluer avec de nouveaux espaces afin de s’adapter au marché.

Un nouveau nom pour un nouveau cap ! Des innovations pour la 32ème édition

En 2016, Le Mille Sabords du Crouesty devient Le Mille Sabords du Crouesty, Golfe du Morbihan. Le salon marque ainsi son ancrage au cœur du territoire et du Morbihan. Ce nouveau nom permet une meilleure visibilité au niveau national comme à l’étranger.
Pour cette 32ème édition, Le Mille Sabords innove en présentant un Pôle Rénovation en partenariat avec la chambre des métiers et de l’artisanat afin de mettre en avant le savoir-faire des acteurs locaux. En plus des stands, des animations et des démonstrations y seront proposées au public comme des travaux autour du moteur, des exercices de soudure, le traitement de coque ou le covering.
Pierre Lanoë, Président du Mille Sabords :
« Cet espace va permettre au public de se rendre compte grâce aux démonstrations des différentes possibilités qui existent pour rénover ou améliorer son bateau. »

Un Pôle Glisse sera aussi à l’honneur. Les visiteurs pourront y trouver du matériel d’occasion ou en déstockage dans divers domaines comme le surf, le kite en passant par le kayak ou le paddle.
Pierre Lanoë, Président du Mille Sabords :
« C’est une manière de faire revenir la jeunesse. »

Un espace « les bonnes affaires du neuf », permettra aux professionnels de déstocker des bateaux neufs, non immatriculés et de millésime 2015.

Maintien des fondamentaux

Les célèbres « puces de mer » restent présentes au cœur du salon, le long de la promenade du port. Un univers marin éclectique pour chiner aussi bien des marines, du mobilier, de la décoration ou de vieux casiers de pêche.

Les villages nautiques, au nord comme au sud, rassemblent tous les spécialistes de l’équipement nautique, de l’accastillage et des vêtements de mer. Sur les deux terre-pleins, les professionnels du nautisme y présenteront leurs bateaux d’occasion tout comme à flot.

Les vendeurs particuliers sont aussi très présents à terre comme à flot avec plus de 200 bateaux exposés. Ils viennent pour vendre leur bateau avant la période d’hivernage et également pour l’ambiance sur les pontons durant les 4 jours du Mille Sabords.

Le plan du salon a été légèrement revu afin d’avoir une bonne répartition des différents espaces, des animations et de créer une sens de circulation pour le public. Un ponton flottant, reliant les pontons nord et sud de l’anse portuaire, permet de réaliser une boucle et de visiter l’ensemble du salon.

Les fondamentaux du Mille Sabords du Crouesty-Golfe du Morbihan (Plaisance pour tous, entrée gratuite et convivialité) sont maintenus. Des animations sont proposées tout au long des 4 jours. Tous les marqueurs sont au vert pour que l’édition 2016 soit une belle fête populaire.

3 Commentaires

  1. Question bête et innocente – pour ma culture personnelle : les blogueurs sont ils payés, rémunérés, récompensés directement ou indirectement pour relayer le rédactionnel promotionnel des industriels ou autres acteurs économiques?

    En un mot, ce travail d’attaché de presse – systématique, soigneux et efficace dont l’effet est d’augmenter l’audience et donc les profits du bénéficiaire – est il strictement bénévole et gracieux, pour la beauté du geste, ou est ce un service commandé, et donc un acte professionnel?

    Merci de me répondre sur votre cas personnel, cher Ronan.

    J’aurais moi même des missions de ce genre à confier à des relais soigneux… Pourvu que cela soit gratuit!

  2. Bonjour Stephsea,
    je reconnais, sous cette question, un ton ironique. Pour y répondre. Je ne reçois aucune contrepartie de quelque nature que se soit pour un communiqué, même pas un retour de lien. Il faut reconnaitre qu’ils sont très peu nombreux sur ce blog. Ceux publiés le sont en toute objectivité…voir subjectivité, suivant l’intérêt que j’y vois. Dans le cas présent, informer les plaisanciers de la tenue du Mille Sabords, plus gros salon de Bretagne, me semble important. Mais je publie les communiqués d’autres salons, tant qu’ils restent dans l’esprit.
    Ensuite, effectivement, concernant les salons, voir certaines courses de la mini650 notamment, je reprends, parfois, très largement le contenue du CP quand celui ci est suffisant ou complet.

    Enfin, toute information peut me parvenir et sera publiée si elle a un intérêt pour le blog…et restera gratuit…

    • Merci pour cette réponse claire et complète !
      Ironie… Oui, toujours un peu, ce que j’appelle moi du second degré, donc sans mauvaise intention.

      Ma volonté d’obtenir cette information était toutefois bien réelle, et est satisfaite.

      Je dois dire que je suis assez surpris – dans le bon sens – par votre réponse. Cette gratuité est devenue rare. Il est même devenu “normal” sur le web en particulier de faire semblant d’agir de manière désintéressée. Tout le monde comprend bien pourquoi… Et semble l’accepter. Moi non.

      Je me permets de vous conseiller de bien le préciser en tête de vos parutions, si ce n’est déjà le cas. Cela fera la différence avec certains éditeurs de news (99% d’entre eux?) dont l’activité principale est en fait la promotion commerciale, donc la publicité – déguisée et masquée, donc pernicieuse et trompeuse.

      Et si vous publiez et rédigez en toute indépendance, vous pourriez peut être aussi adopter une tournure plus personnelle, un point de vue qui vous serrait propre sur ces éventements, objets ou machines, une approche “critique” (au sens du dictionnaire)? C’est évidement beaucoup de travail…

Laisser un commentaire