KL Nautique KL28

catamaran KL28

KL28

Le catamaran KL28 fut proposé en deux version, Trophée et Espace ( avec un roof sur la passerelle). Si la version Trophée est un très sportive, la version Espace en fait un très bon voilier de croisière pour un week end ou en raid. 2 couchettes dans chaque coque.

Année : 1989-1992.

Longueur :8.50m;

Largeur : 5.06m,

T.E. : 0.25m ou 1.70m ( dérives uniquement sur la version Trophée),

Poids : 750Kg.

Voiles : 38m²

Moteur : 6ch HB.

Architecte : Lucas paul,

Constructeur : KL Nautique

Catégorie : A

2 Responses

  1. ronan dit :

    temoignage trouvé sur le net:
    Je suis propriétaire d’un KL 28 version standard à dérive en Mediterrannée. C’est un bateau trés marin qui remonte trés trés bien au prés jusqu’à force 7, au delà ça marche mais on ne sait plus si on est sur le bateau ou sur la mer en direct. J’ai un génois, un solent, un N°1 et un tourmentin et une GV à 3 ris. A partir de force 7, le N°1 seul, je remonte à 60°, il suffit de garder de la vitesse et à 5° degrés prés on double la vitesse. Par contre, il faut un masque de plongée et une combine trés étanche. J’ai passé le cap SICIE dans un petit mistral force 5/6 (solent et 3 ris), on a cramé une dizaine de bateaux. Ils ont tous fini soit au moteur loin derrière nous soit disparus à l’horizon. L’avantage de la version standard est son mât moins haut et son gégène qui par petit temps apporte beaucoup de puissance (par rapport à l’auto-vireur, j’ai pu le comparer une fois avec un KL trophy et, au prés par temps medium, on était meilleur) et un risque de chavirer quasi nul (trés important en Mediterrannée avec le vent rafaleux). Pour le problème du risque de chavirage sur rafale, j’ai remplacé le palan d’écoute de GV par un quatre brins renvoyé sur un winch complémentaire central; on borde beaucoup mieux et on largue trés vite si nécessaire. Je pars une fois par an une semaine avec ma femme; tente queshua, mouillages forains etc. Ce bateau est une merveille de compromis. par exemple, on se met à l’abri dans tout un tas de recoin de cote à une vitesse expresse. Le seul problème est la nuit sous la tente quand ça piaule et avec l’age (j’ai 59 ans), il nous arrive de chercher un hotel. Il faut aussi savoir manoeuvrer les yeux fermés car au dela de 18 noeuds, on ne peut plus regarder ce qu’on fait tellemment il arrive d’eau au pied du mat et laisser fasseyer pour ralentir secoue énormémment le grément.
    Nous naviguons parfois la nuit, le bateau est équipé d’un 9,9 à démarreur elec et nous avons un pilote automatique autohelm qui fonctionne trés bien, une bonne échelle de bain, un peu de vaisselle. Le bateau étant assez vieux, nous avons aussi une bonne boite à outils mais tout est relativement simple à réparer en provisoire.
    En bref, un dessin de carène exceptionnel, je n’ai jamais enfourné (mais je suis prudent par temps rafaleux) et un bateau trés équilibré.
    En Mediterrannée, je ne conseille pas ce bateau à des marins moyennement expérimentés.
    Petite histoire de sacrée galopade: par tramontane, nous avons rallié Cap d’Agde à Port Camargue en 1h50… et nous faisons régulièrement des aller-retour aux Saintes-Maries dans la journée avec pause resto: par mistral, pas de fetch, à fond la caisse et un bon clapot humide au sortir du petit rhone.
    Bon vent à tous.
    mardi 16 juin 2015 18:04
    Olivier D.

Laisser un commentaire