Le confort à bord d’un voilier

Sur un petit voilier, optimiser le confort à bord est une préoccupation de tous les propriétaires. Du rangement aux réserves d’eau en passant par l’électricité, tout doit être calculé au mieux pour qu’une croisière reste agréable. Evidemment, l’importance de chaque point ne sera pas le même suivant le programme ; sortie à la journée, croisière côtière ou croisière hauturière.
Les chantiers offrant des bateaux équipés ou organisés pour de longues croisières ne sont pas nombreux (les Django de marée haute s’en sortent très bien). Souvent, les réserves d’eau, les rangements, le circuit électrique sont insuffisants.
Le confort de base doit être étudié avant achat car certains éléments ne pourront être modifiables comme, la hauteur sous barrots, et les autres auront une incidence sur l’équilibre du bateau ou son organisation comme l’aération, les possibilités de réserves d’eau, l’organisation du cockpit et du pont.

L’eau : Les réserves fournies sont très souvent insuffisantes. Il faut absolument prévoir, en cas de longue croisière, et pour éviter les marinas au maximum (c’est quand même un des intérêts du petit voilier habitable), d’augmenter leurs capacités. Pour cela plusieurs possibilités. Les bidons peuvent être pratiques, par leur côté transportables (aller chercher de l’eau à terre) et pour les ranger dans des coffres séparés. La deuxième solution consiste à installer une deuxième vache à eau, ici, plus de soucis de rangement mais attention à l’équilibre du bateau. Enfin, une solution très pratique est la pompe à eau de mer, idéal pour la vaisselle, la cuisine ou du nettoyage.
L’électricité : Les capacités de production et de stockage sont à étudier très sérieusement suivant son programme. Autant, pour des navigations à la journée, voir petites croisière côtière, la consommation sera très réduite. En utilisant une VHF et un GPS portables, la seule consommation sera, éventuellement, le démarrage du moteur et les lumières intérieures. Pour l’éclairage, pensez aux lampes solaires, on trouve des modèles vraiment pas chère (lampes solaires de jardin…). Pour recharger votre VHF ou GPS, les chargeurs solaires se vendent, maintenant à moins de 150 euros pour du matériel performant.
Pour des croisières plus longues, il faudra penser à des modifications du circuit électrique. En effet, la consommation sera plus importante avec un équipement électronique plus complet, des éléments de conforts plus importants (un petit frigo pour les navigateurs du sud),… Le stockage devra se composer de deux batteries, 1 pour le moteur et l’autre pour le service (quid de l’emplacement…). Au niveau de l’éclairage intérieur, changez les lampes pour les remplacer par des LEDS, beaucoup moins gourmandes. Pour la production d’électricité, les solutions existent mais ne sont pas toutes adaptées à la taille d’un voilier de moins de 8 mètres. La solution idéale est le panneau solaire. Fixe et rigide, installé directement sur le balcon arrière (pensez au fardage) ou flexible, sur le pont, un panneau solaire sera assez efficace pour recharger la batterie au mouillage et en navigation. L’installation sera assez simple pour un circuit pas trop compliqué et chargé… Les éoliennes, hydro générateurs ou autres prendront trop de place et de volume sur le bateau, ces moyens ne sont pas adaptés aux petits voiliers de croisière (sauf, éventuellement, pour un programme long et hauturier).
Mais retenons qu’avant de parler de production et de stockage, pensons à économies d’énergie….en voilà une bonne école de la vie.
Le rangement : Sur ce point, c’est l’imagination qui va faire la différence. Chaque chef de bord optimisera son voilier avec l’expérience. Du filet de rangement à la cabine arrière transformée en local technique en passant par les idées de certains magasins spécialisée dans l’ameublement de petites surfaces, il existe une multitude de solutions.
shéma prise de ris automatiquLe cockpit : L’organisation des manœuvres est primordiale à bord. Sur un petit voilier, nous sommes souvent seuls, en équipage réduit ou familiale et un skipper ne peut pas être partout. Il faut absolument penser à optimiser toutes les manœuvres. C’est-à-dire, toutes les ramener au cockpit, des drisses aux prises de ris. Concernant la prise de ris, le système de ris automatique est très pratique, la bosse est reprise sur l’œillet et permet de descendre la grand voile dans le même temps sans aller en pied de mat. Concernant le spi, la solution, mais qui a un coût, est la chaussette à spi.
Lord de la navigation, un tendeur classique sera pratique pour tenir la barre quelques instants pendant une manœuvre. Cependant, un pilote automatique n’est pas à négliger. Il pourra s’avérer très utile pour certaines manœuvres, pour faire une pose lors des navigations. Concernant votre équipement personnel, pensez à une sacoche de cockpit pour tout avoir sous la main (VHF, cartes, eau, crème solaire,…).
D’autres solutions existent et chaque propriétaire a ses astuces. C’est l’expérience et la connaissance de son bateau qui feront que l’organisation sera au top.

2 Rétroliens / Pings

  1. Nouveau Sarch S7. Plus de confort, plus de plaisirs - Petits voiliers
  2. Les voiliers Kerkena au salon de Lyon - Petits voiliers

Laisser un commentaire