Le pilote automatique du voilier

pilote automatique de cockpit de voilier

Naviguer sur un petit voilier, notamment en croisière, nécessite d’être autonome pour certaines manœuvres, ou de longues navigations, et donc de posséder un pilote automatique à bord du voilier.

En effet, que vous naviguiez seul ou en famille, affaler les voiles, arriver au port et préparer les amarres et parebattages, préparer le spi ou naviguer de longues heures sans quitter la barre peut vite devenir sportif en équipage réduit ou en solitaire. Dans ces moments là, le pilote automatique n’est plus un luxe. Bien évidemment, nous ne parlerons, ici, que du pilote de cockpit.

Le fonctionnement, et l’utilisation d’un pilote de cockpit sont assez simples. Toutes les fonctions du pilote sont regroupées autour d’un vérin donc l’axe sera installé sur un des bords du cockpit et enclenché sur la barre.
Le pilote va se comporter comme un barreur qui naviguerait seulement au compas. Il va donner des coups de barre pour ramener le voilier sur sa route. On enclenche donc le pilote quand le bateau est sur le bon cap. A partir de ce moment, ce dernier va enregistrer le cap comme celui à tenir. Grâce à un compas interne, il va noter le cap et actionner le vérin dés que le bateau s’écarte de sa route. Après avoir effectué une poussée, le pilote va relire le cap. Si la poussée n’est pas suffisante pour revenir dans le cap, il va en effectuer une nouvelle jusqu’à ce que le bateau soit sur sa route et ramènera la barre vers le centre. La barre sera recentrée bien avant que le voilier soit revenu sur son cap.

L’intérêt d’un pilote de cockpit :
Son prix et sa facilité d’installation.
Sa facilité d’utilisation. Basic, sa prise en main est rapide.
La fiabilité. Ces pilotes sont simples de fabrication et donc, d’entretien. Ils pourront facilement être rangés et envoyés à un professionnel pour réparation.

Les inconvénients du pilote de cockpit :
Le pilote ne sachant pas reconnaitre une barre dure ou molle, il ne pourra s’adapter au vent et aux voiles.
Si le vent et la mer monte, le compas va perdre de l’efficacité, voir devenir inutile. Il n’anticipera rien. Notamment aux allures portantes.
Il faut attendre d’être sur le bon cap pour l’enclencher. A l’inverse, il ne pourra pas être débrayé automatiquement.

Si vous naviguez régulièrement, quelque soit le temps, pensez à prendre un pilote surdimensionné, il sera plus efficace quand les conditions de mer montent. Dans le même temps, choisissez un modèle de grande diffusion pour pouvoir changer les pièces plus facilement.

1 Commentaire

  1. Piege !! Attention au champ magnetique du volant magnetique d’allumage du hors bord :
    Selon la position d’arret du volant moteur le pilote peux changer de cap, voir etre instable ( j’ai eu ce pb et j’ai longtemps cherché)..
    Verifier à l’endroit où on souhaite installer le pilote, avec une boussole la position du nord en fonction la position du volant moteur. verifier la presence de champ magnetique en promenant la boussole alentour.

1 Rétrolien / Ping

  1. L’équipement pour naviguer en solitaire - Petits voiliers

Laisser un commentaire