La semaine de l’éconavigation

1 Response

  1. stephsea56 dit :

    Econav a choisi ses locuteurs et acteurs représentatifs… dans sa liste d’adhérents. Hors cette liste, personne (à l’exception près) ne peut parler d’éconavigation semble t’-il. Comme d’habitude l’écologie (le gros mot à la mode) est récupérée par un petit groupe d’intérêt dont l’environnement est une décors mais pas le but ultime. Un des objectifs est de servir quelques salaires aux gérants de l’association, par exemple.
    En quoi un robot qui nettoie la carène est il “ecologique”? Nettoyer la carène d’un promène-couillon qui navigue 5 fois par an, et qui le fait avec autant de chevaux aux fesses qu’un semi remorque, est ce bien raisonnable globalement?
    Non, évidement.
    L’éconavigation est ailleurs, elle est bien différente de ces actions cosmétiques, de ces actions de com’, mais le constat est alors tellement douloureux qu’il en devient insupportable, dans tous les sens du terme. Il ne semble pas que Econav soit au créneau sur les vrais sujets. Econav travaille donc finalement surtout à ménager les intérêts économiques qui pré-existaient et la résistance au changement de tout un ECO-système. Econav est un moyen de ne pas changer vraiment, en faisant semblant de s’occuper de changement. Une stratégie, un moyen d’occuper le terrain au détriment en fait des éconavigants déjà fermement engagés, et pour un bilan mitigé : le plus grand bien de ce qui résistent… au changement.

Laisser un commentaire