La pharmacie du bord

logo pharmacie

La pharmacie, à bord d’un voilier, est obligatoire. Cette pharmacie doit contenir un nécessaire médical et pharmaceutique en rapport avec le programme de navigation envisagé.

La division 240 impose un minimum obligatoire à bord. Pour le reste, l’initiative est laissée au capitaine du bord.
Si la pharmacie du bord répond, en effet, à une obligation, elle est aussi le fruit d’une démarche personnelle répondant au programme de navigation (croisière côtière, semi hauturière, distance de navigation par jours, zone de navigation,…) et à l’équipage concerné (maladie chronique, état de santé de chacun, âge,…). Comme tout équipement, le bon sens et la responsabilité sont de mise Il existe donc autant de pharmacies que de chefs de bord. Cette pharmacie doit répondre, dans tous les cas, aux premiers soins d’urgence comme aux bobos qui peuvent gâcher une semaine de croisière. Si, sur la terre ferme, les urgences arrivent rapidement sur place, ce ne sera, évidemment, pas le cas en mer.

La division 240.

La division 240, qui a été modifiée en 2014 avec application en 2015, donne le minimum obligatoire à bord d’un voilier. Ce qu’elle dit :
La trousse de secours comprend, au minimum :
1 paquet de 5 compresses de gaze stériles, de taille moyenne.
Chlorhexidine en solution aqueuse unidose 0.05%.
1 coussin hemostatique.
1 rouleau de 4 mètres de bande de crèpe ( largeur 10cm).
1 rouleau de 4 mètres de bande auto adhésive ( largeur 10cm).
1 boite de pansements adhésifs en 3 tailles.
4 paires de gants d’examen non stériles, en taille M et L.

Tout complément de la trousse de secours est laissé à l’initiative du chef de bord, en fonction des risques sanitaires qu’il peut être amené à identifier dans la préparation de la navigation envisagée et des personnes embarquées.

L’indispensable.

Coton.
Lait hydratant.
Anti moustique.
Alcool à 90°.pharmacie voilier
Aspirine.
Antiseptique liquide.
Antidouleur.
Pommade cicatrisante, antiseptique, antibiotique.
Antispasmodique.
Antidiarrhéique.
Collyre.
Anti mal de mer.
Pince à épiler.
Thermomètre.
Ciseaux.
Doigtier.

Le contenant.

Le matériel et les médicaments doivent être contenus dans un emballage étanche. Il existe de nombreux système, du bidon plastique au petit sac étanche, qui est préférable dans un petit voilier car il prend moins de place.

Lecture et liens.

A moins d’être médecin, il est conseillé d’accompagner la trousse de secours d’un guide pratique de la médecine. Il éxiste plusieurs guides, voir des sites web spécialisés sur ce thème comme celui du Marin Breton ou Lifecare et Medmer.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire