L’équipement pour naviguer en solitaire

solitaire sur un voilier

La navigation, sur un petit voilier, se pratique souvent en équipage réduit, familiale ou en solitaire. Dans tous les cas, il arrivera souvent qu’il n’y aura qu’une personne à la manoeuvre, qu’une personne pour hisser les voiles et barrer à la sortie du port, pour virer de bord, effectuer les manoeuvres urgentes. Dans ces situations, certains équipements peuvent simplifier la vie et simplifier la vie en croisière. Voici une liste, que vous pourrez compléter en commentaire.

Balancine : On n’y pense peu mais avoir quelque chose de disponible venant du haut du mât peut toujours servir, surtout quand est seul sur un bateau ( étouffer un coquetier,…).

Chaussette à spi : Oui, on dira que cela rajoute du fardage, du poids,…mais en solitaire et même en équipage réduit ou familiale, une chaussette à spi est vraiment très pratique.

Guide de ralingue de génois : Si vous n’avez pas d’enrouleur ou souhaitez changer de voile d’avant, cet outil vous permettra de hisser la voile plus facilement sans être obligé de retourner à l’avant du bateau pour aider la voile à passer.

Enrouleur de génois : Sans commentaire, il s’impose.

Enrouleur de grand voile : A contrario de l’enrouleur de génois, ce système est discutable. L’enrouleur de grand voile peut sembler pratique mais cela rajoute du poids et une prise de ris est plus simple et plus performante. Dans tous les cas, optez pour l’enrouleur dans la bôme qui sera plus efficace (lattes conservées et centre de voilure optimisé).

Frein de bôme : Cet outil peut être intéressant. Pour l’avoir essayé, je ne suis pas convaincu mais il peut éviter des accidents.

frein de bome

Le GPS : Le GPS portable est le meilleur outil. Vous l’avez dans le cockpit avec vous, il est étanche et l’autonomie plus importante qu’un smartphone. Un GPS fixe peut être utile pour des navigations assez longues et peut être branché sur un ordinateur.

Hale bas rigide : Un hale bas rigide avec ressort poussant ou autre système donnera un coup de main lors d’une prise de ris.

Lazy jack et lazy bag : Ce système est très pratique en solitaire, voir en équipage réduit. Les affalages avant l’arrivée au port seront simplifiées. Plus de grand voile qui vient s’étendre sur tout le pont. cependant, quand on hisse la grand voile, attention de ne pas bloquer les lattes dedans.

Ligne de vie : Indispensable et en sangle. Pas de câbles sur lesquels on peut rouler. L’installation doit être faite dans les règles de l’art. pas de bricolage.

Le pilote : permet de donner un coup de main pour certaine manoeuvre.

Prise de ris automatique : la prise de ris automatique offre l’avantage de pouvoir effectuer toutes les manœuvres du cockpit. Elle peut être utilisée pour les deux premiers ris.

shéma prise de ris automatiqu

Et maintenant, à vous.





5 commentaires sur L’équipement pour naviguer en solitaire

  1. Avec une bosse de ris fixée comme cela sur l’arriere de la GV et de la bôme, vous êtes sûr de déformer ou même de déchirer la voile qui sera tirée trop à l’horizontal.

  2. de mon côté, j’ai, sue les filières, des pochettes de guidon de vélo. 1 de chaque côté pour avoir cartes, gps, jumelles,eau et gâteaux à porté de main et rangé.
    Sinon, laurent, qu’entends tu par la façon de faire la prise de ris au dessus, sur mon boat, j’ai installé le même système?

  3. Pour compléter l’équipement et la préparation du voilier (quelle que soit sa taille) à une navigation en équipage réduit :
    Piano (winches & bloqueurs) entourant la descente pour drisses, balancines et hale-bas
    Porte manivelles à portée de chaque winch
    Winches de foc et génois à portée de main du barreur
    Deuxième paire de winches à l’arrière du cockpit pour spis, code O et/ou asymétriques
    Tableau de bord du moteur (clé, démarrage, commandes & étouffoir) à portée de main du barreur
    Cagnards, avec poches de rangements étanches, sécurisant le cockpit
    Petits filins disposés entre la filière basse et le rail de fargue – du pied du balcon avant jusqu’aux haubans – pour éviter que les voiles d’avant ne passent par dessus bord à l’envoi comme à l’affalage.
    Gaffe logée dans (alu, carbone) ou sous (bois) la bôme avec arrêtoir de sécurité pour disponibilité immédiate
    Aménager un équipet de cockpit (si existant) pour y caler un verre
    Placer un petit compas de route face à la table à carte
    Robuste et bruyant réveil matin mécanique
    Une capote enveloppante pour protéger la descente par mauvais temps équipée de panneaux solaires souples
    Un jeu de feux de route amovibles alimentés par piles en cas de panne de batterie
    Un étai volant pour enverguer un tourmentin si enrouleur à poste
    VHF et traceur de cartes + cartes numériques de la région fréquentée
    Un radeau de survie et sac de survie immédiatement saisissable depuis le cockpit
    Une radio balise automatique de survie (incontournable si l’on tient à la vie)
    Une deuxième ancre avec chaîne et filin stockée dans les fonds en pied de mât
    Arrimer ou caler TOUT à bord dans caisses, sacs et équipets robustes
    Aménager/cloisonner l’intérieur de la table à cartes
    Voila des devoirs de vacances avant les belles sorties estivales….
    Courage !

  4. Bonsoir, “les tites voiles”,
    Je m’aperçois avec bonheur, que l’on navigue tous dans le même esprit,préparer l’imprévu avec nos petits bateaux aux grandes possibilités.
    Par rapport à Bruno, qui a très bien étoffé le sujet, je rajoute une porte de roof souple ( genre nappe plastique transparente) sur barre d’enroulement et scratchée à la fermeture, pratique en nav et au mouillage, quand il faut gicler en urgence à l’extérieur.
    Cette année le “knot” reste à la maison en vue d’une préparation pour une navigation au long cours en 2017.
    amitiés

Laisser un commentaire