Petit lexique du gréement courant

gréement de voilier au près

Un voilier avance grâce à ses voiles…et oui…Pour hisser et régler ses voiles, on utilise le gréement courant, constitué de toutes les manoeuvres permettant de d’effectuer ces opérations. Chaque bout à un nom et une définition bien précise. Comme pour le gréement dormant.

Manœuvres : les bouts composant les gréements dormant

Drisses : Cordages permettant de hisser les voiles. Elles sont prises sur le point de drisse de la voile, en son point le plus haut. Il y a une drisse par voile.
Ecoutes : Cordages permettant d’effectuer les manœuvres de voiles, les réglages. On parle d’écoutes pour les voiles d’avant et la grand voile. On les règle en les retenant sous le vent.
Bras de spi : Cordage fixé au point d’amure du spi. Il permet de régler ce dernier. Le bras passe par le tangon et se trouve au vent. L’autre cordage, sous le vent est l’écoute de spi.
Balancine : Cordage, qui part du mat, permettant de soutenir la bôme ou le tangon.
Hale-bas : Cordage (organisé en palan) repris sur la bôme ou le tangon permettant de retenir ces derniers vers le bas.
Palan : Cordage repris sur des poulies permettant de démultiplier la force à exercer.
Bout d’enrouleur : Cordage permettant de rouler et dérouler la voile se trouvant sur l’enrouleur.
Bosse de ris : Cordage utilisé pour étarquer le nouveau point d’écoute d’une gran voile sur la bôme, lors d’une prise de ris.
Garcette de ris : Petits bouts permettant de ferler la grand voile, après une prise de ris. Ils passent par des oeillets de la grand voile.

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Prendre un ris - Petits voiliers

Laisser un commentaire