Prendre un corps mort dans le courant.

voiliers sur corps mort

L’intérêt d’un petit voilier est de pouvoir se passer des grandes marinas et de mouiller dans les petits ports, sur bouée et, éventuellement échouer. Mais qui dit échouer, dit marée et, parfois, courant.

voilier échouéQue ce soit dans un port d’échouage ou dans une zone de mouillage, il peut arriver que ces corps morts soient situés dans des zones à forts courants. C’est le cas dans le Golfe du Morbihan, les rias du sud Finistère (Odet, Aven,…). Dans ce cas, la manœuvre, pour prendre un corps mort, sera plus complexe puisque il faudra prendre en compte deux paramètres. Le vent et le courant. En effet, l’opération ne consistera plus à arriver face au vent mais face au vent et/ou au courant. Prendre en compte le courant et l’anticiper permet d’éviter les fausses manœuvres et un moment d’énervement.

Prendre le corps mort

En soit, prendre un corps mort dans une zone de courant n’est pas très compliqué. Comme toujours, il faut anticiper.bouee de mouillage La première chose à faire est d’observer l’environnement. Par observer l’environnement, on entend comprendre l’incidence du courant sur le mouillage. En arrivant dans la zone de mouillage, vous devez observer le comportement des bateaux qui sont déjà sur bouée. Ces derniers vous donneront déjà une idée assez précise de l’importance du courant par rapport au vent. C’est ce qu’on appelle le « fardage vent et le fardage courant ». Si il n’y a pas de bateau sur place pour observer ce fardage, laissez vous portez, au point mort, pour déterminer celui-ci en laissant dériver le voilier. Dans un deuxième temps, Quand ce fardage vent et courant est déterminé, il faut estimer la vitesse a laquelle arriver sur la bouée. Pour cela, arrivez d’assez loin afin d’ajuster votre vitesse, tout simplement. Enfin, arrivés à la bouée, et suivant la puissance du courant, mettez vous au point mort juste en arrivant à la bouée. Cela vous permettra de dépasser la bouée au niveau du cockpit, si vous êtes seul à la manœuvre, et de passer l’amarre plus facilement. Au besoin, remettez un tout petit peu de gaz pour compenser la vitesse du courant.

Quitter le corps mort

Pour quitter le mouillage, le principe est le même: l’observation et l’anticipation. Avant de tout larguer, regardez bien ou le bateau va dériver, et à quelle vitesse, le temps que vous retourniez dans le cockpit. Vous pouvez très bien envisager d’embrayer le moteur à faible vitesse pour compenser le courant et avancer vers la bouée (attention aux amarres dans l’hélice). Dans tous les cas, si vous n’avez pas l’habitude, évitez de quitter le corps mort à la voile et utilisez le moteur. Faites attention aux bateaux amarrés sur les bouées à côté.

Be the first to comment

Laisser un commentaire