Le sangria, un sacré cocktail

jeaneau sangria

Le sangria est sans doute le petit voilier le plus célèbre en France. Nombre de plaisanciers sont passés du rêve à la réalité grâce à ce bateau.

Le sangria est le premier voilier de référence du chantier Jeanneau. Un premier essai avait été tenté avec le Storm, mais sans grand succès.

Le cahier des charges du chantier était le suivant : Proposer un voilier familial, économique, marin et bon marcheur. Ce qui correspondait, en fait, à la demande de l’époque. Henri Jeanneau se tourne alors vers un architecte qui s’est déjà fait un nom depuis quelques années, Philippe Harlé. Le Sangria est né.

Course croisière

Le sangria est en fait un voilier de course croisière économique et simple. Le premier exemplaire sort en 1969, plus de 2150 suivront derrière (2155 pour être précis). Le Sangria est un voilier très performant grâce à une faible surface mouillée et un lest important, correspondant à près de 50% du poids du bateau. Dés la première saison, plusieurs sangria commencent à s’emparer des podiums, en régate et en course.sangria essai

Mais ce petit voilier n’est pas qu’un régatier, loin de là, et de nos jours, il faut bien reconnaitre qu’il sera un peu dépassé par des voiliers de nouvelles générations. Le sangria est un excellent croiseur pouvant emmener une famille en croisière côtière pendant quelques jours voir plus. Certaines unités ont fait le tour de l’atlantique et d’autres très longues croisières hauturières. Ce bateau est simple à naviguer et son comportement en mer est exemplaire. Il est capable de passer en douceur dans une mer agitée, il sait faire le dos rond quand les conditions météo sont compliquées et se montrera toujours rassurant.

Et pour la famille

Côté aménagent, il faut reconnaitre qu’il date. Mais c’est un bateau fonctionnel. A l’intérieur, on pourra coucher quatre personnes sans grandes difficulté. On reste sur un voilier de moins de 8 mètres des années 70, ce sera donc du camping. La cabine avant sera très bien pour permettre aux enfants d’avoir leur univers réservé. Le coin toilette est réduit à son plus simple appareil.

Si vous souhaitez modifier les aménagements, ne vous lancer pas sans avoir en tête que la rigidité du sangria tient à ces derniers et aux cloisons. Alors n’enlevez rien.

A l’extérieur, le cockpit n’est pas exemple de confort mais est sécurisant. Si, sur les premières unités, la barre du rail de grand voile était au milieu du cockpit avec une descente de plein pied, le chantier à modifier la configuration par la suite en la plaçant au pied de la descente sur un rehaussement.

Les passe avants sont de taille limitée et demanderont à bien se tenir. Mais le pont complètement dégagé est vraiment très agréable.

En 1979, le chantier Gibert marine en reprendra la construction pour quelques exemplaires.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire